-A +A
03.06.2019
Salle Pierre Albouy (Grands Moulins, Aile C, 6ème étage)

Shirley Niclais : Ci-gît la marionnette. Réification et réanimation de l’Humain A l’oeuvre sur les scènes de Tadeusz Kantor et de Louise Bourgeois

Sous la direction d'Evelyne Grossman (CERILAC)

 

Ci-gît la marionnette.

Réifications et réanimations de l’humain sur les scènes de Tadeusz Kantor et de Louise Bourgeois

 

La marionnette qui hante ce travail est immobile, gisante. L’objet resté inerte, exposé dans toute sa placidité, révèle pourtant une nouvelle forme de vie. Au cœur d’un théâtre qui se refuse à l’illusion de la représentation, d’un art qui projette sur la matière morte ses peurs des misères physiques et psychiques, cette poupée inerte pose la question d’un corps décomposé qui revient à la vie à travers l’œuvre d’art. Que représente cet élargissement des registres de présences ? Comment le spectateur réagit-il à cette intrusion d’un irréel qui parfois semble plus vrai encore que le réel, à la fois grotesque et inquiétant ?

 

Réanimer les pantins, les spectres de son enfance, les sources de son inspiration, sont les moyens qu’ont choisis Tadeusz Kantor et Louise Bourgeois pour se confronter à cet objet qui, fallacieusement, imite l’humain ou le défigure. De l’installation à la mise en scène des objets et jusqu’au rythme d’une œuvre inquiétée de l’intérieur s’opère ce que cette étude envisage comme une nouvelle dramaturgie marionnettique, non plus seulement celle de l’objet animé mais celle, peut-être, qui permet de penser l’œuvre d’art comme un organisme vivant, espace d’un nouveau « théâtre énergétique » comme celui pensé en son temps par Jean-François Lyotard.

 

Il s’agit donc de poser la question d’un « état d’esprit marionnettique » dont l’émergence serait à placer au cœur de cette postmodernité devenue moderne. L’œuvre de Tadeusz Kantor comme celle de Louise Bourgeois teintent la question du noir des ombres, ou du rose qui tranche. Ils la pensent en tuant la marionnette, et en répétant indéfiniment la scène, ne craignant pas d’y voir valser les volutes de poussière.

 

Le jury sera composé de  :

  • Pr. Evelyne Grossman (Université Paris Diderot)
  • Pr. Catherine Bernard (Université Paris Diderot)
  • Pr. Eloi Recoing (Sorbonne Nouvelle)
  • Pr. Didier Plassard (Université Paul Vaméry - Montpellier 3)
  • Pr. Julie Sermond (Université Lyon 2)
  • Pr. Amos Fergombe  (Université d'Artois)

La soutenance aura lieu le 3 juin, à partir de 14h, en salle Pierre Albouy (Grands Moulins, 6ème étage, Aile C).

Nature >
Mots clés >